visualisez ce message dans votre navigateur

InfoFormation
CREFAD Auvergne

Faire lien autour de l'activité de formation - N°7

Mieux travailler ensemble...
Tout un programme!

Pour travailler en bonne intelligence, avec plus de sérénité, osons faire mieux! Car en matière de travail, le mieux n'est pas obligatoirement l'ennemi du bien. En l’occurrence, tout renoncement à tenter d'améliorer en permanence les conditions de travail, et par conséquent la manière dont les hommes et femmes le vivent au quotidien, pourrait être le signe d'une vigilance insuffisante au regard de l'évolution extrêmement rapide du travail lui-même.

Tout change! Observons comme notre vie a radicalement évolué en quelques années, avec notamment (mais pas exclusivement) l'invasion des technologies numériques, ordinateurs et smartphones... Il en est de même pour le travail, et peut-être encore davantage : nouveaux métiers, disparition d'autres, manières différentes de s'organiser et de répartir rôles et fonctions. Mais également signification différente donnée au fait de travailler lui-même, au sein d’une société où une part importante de citoyens subissent inactivé et précarité (cette dernière parfois en travaillant), où le loisir et la consommation semblent s’inscrire comme des valeurs en soi.

Facteurs économiques

Le travail a rapidement changé, mais il faut ici nommer également des conditions économiques resserrées, génératrices de pressions multiples. Il s'agit en tous les cas de faire plus (parfois mieux) avec un peu moins... Songeons également à la modification de la durée légale dudit travail, décriée par certains, encensée par d'autres, mais dont les conséquences en matière de difficulté à gérer des plannings très contraints ont été durement ressenties dans certains secteurs professionnels...

Il résulte de ces changements, pour chacun et à tous les niveaux, une tendance à devoir faire face à des objectifs de production et des conditions de travail de plus en plus exigeantes. Les conséquences néfastes ne se situent plus tellement au niveau de la salubrité, qui a longtemps été un problème à grande échelle associé au travail, mais plutôt au niveau de la pression psychologique subie. Cela passe par des délais et des rythmes tyranniques. Cela se traduit par plus de polyvalence et des contraintes multiples et croisées.

Une étude de la Direction des statistiques du ministère du Travail (DARES), citée par le magazine "Sciences Humaines" dans son numéro 263 d'octobre 2014, concluait à une « intensification du travail ». Les auteurs mettaient en évidence :

- Des contraintes liées aux horaires et aux rythmes imposés par des machines ou des humains

- Une plus grande polyvalence et plus de sollicitations nécessitant une réponse immédiate (s'interrompre et se concentrer)

or, faire face à une telle intensification, plus ou moins ressentie, plus ou moins à l'oeuvre dans les entreprises et organisations nécessite selon nous :

- Une adaptation psychologique

- Une mobilisation rapide de ses savoir-faire

- La capacité de travailler en même temps sur différents dossiers, donc de s'organiser

- La capacité de faire face à une certaine pression, à gérer le stress

- Certains savoir-être.

Bref : efficacité personnelle, souplesse et résistance, maturité dans les relations, méthode, capacité à utiliser ses ressentis et ses émotions...

La coopération, processus de qualité

Parmi les facteurs de difficulté, ne mésestimons pas la dimension collective du travail, laquelle implique que chaque individu fait partie d'un ensemble au sein duquel il est amené à interagir avec les autres. En effet, les interactions entre personnes viennent parfois accentuer les ressentis difficiles des différentes évolutions à l'oeuvre. Le stress éprouvé au travail est dans bien des cas un « stress relationnel » : la crispation ressentie à l’idée de croiser tel ou tel collègue, de se retrouver dans un rapport de force avec d’autres, de se retrouver face à telle ou telle personne garante de la réalisation des tâches qui nous sont confiées... Un des enjeux est alors la coopération. Celle-ci passe par des outils et des méthodes, mais aussi par des savoirs-être et dépasse quoi qu'il en soit la simple collaboration. Il s'agit bien de travailler ensemble, au sens de "co-laborer", mais de viser une qualité de processus, d'entente efficace, dans laquelle chacun a intérêt et perçoit des retombées.

En plus du sentiment de solidarité, la coopération produit de l’intelligence collective que chacun peut être à même de percevoir et d’apprécier. Celle-ci a besoin d’un climat de coopération pour se manifester, notamment grâce à une possibilité et une place pour la parole où il est possible d'apporter, de contribuer ou de proposer (y compris de ne pas s’exprimer) sans se sentir « menacé ». Au prix d'un tel climat de travail, la créativité individuelle, la force de proposition et la diversité des regards de chacun peuvent venir enrichir la créativité élaborée par tous.

Une perspective puissante : la qualité de vie au travail

Le bon fonctionnement d'une organisation est grandement facilité par des fonctions de coordination qui savent tenir compte des différents enjeux que nous avons rapidement passés en revue. Mais il n’y a pas que la coordination qui est concernée. L’ensemble de l’énergie humaine de l’organisation (les « ressources humaines ») nécessite d'être mobilisé pour contribuer à un processus global de travail/production marqué par une qualité unanimement ressentie. Cela suppose une intention et des moyens pour être mis en œuvre. Le concept de qualité de vie au travail a émergé ces dernières années et résume assez bien les exigences d’un tel enjeu de processus collectif fédéré par une qualité d’ambiance éprouvée par tous et où chacun est valorisé. Le développement des savoir-être des personnes au travail, ces compétences relativement irrationnelles puisqu'elles sont portées par "l'être psychologique", sont un des aspects cruciaux dans une organisation qui désire viser une meilleure qualité de vie au travail. Pour instaurer progressivement coopération et QVT (qualité de vie au travail) il est nécessaire que le maximum de personnes : cadre et employés (parfois qualifiés "d'agents"), fasse mouvement vers des valeurs au point d'accepter de modifier des conduites, des relations, des rapports sociaux parfois inscrits dans des schémas rigides. La formation permet de travailler cela efficacement et avec patience...

Déplacement des hiérarchies d'enjeux

Prôner la QVT n'est pas un effet de langue de bois post-moderne, qui viserait à nier les inégalités et logiques de classes. C'est un déplacement des hiérarchies d'enjeux au travail, au nom d'une certaine urgence qui suppose de retrouver un minimum de bien-être. On peut objecter que le travail n'a pas comme vocation l'épanouissement des travailleurs. Malgré tout, le Code du travail stipule que l'employeur doit prendre soin de la santé de ses employés. Et la santé peut se définir comme un état de bien-être physique et psychique qui ne consiste pas seulement en l'absence de trouble. En France, la QVT l'objet d'une définition riche et précise, élaborée par un ensemble d'organisations professionnelles représentatives. Elle a donné lieu en 2013 à un accord national interprofessionnel (ANI) intitulé "vers une politique d'amélioration de la qualité de vie au travail et de l'égalité professionnelle". Le fait de s'épanouir un tant soit peu, ou tout au moins de pouvoir "être pleinement soi", sans devoir se dissocier pour se protéger, résume peut-être cet état de bien-être physique et psychique. Cela peut s'obtenir aujourd'hui dans les espaces de travail par une attention à la QVT.

En faisant appel à la mémoire, sans nécessairement remonter très loin, les plus anciens se souviendront d'un temps où le travail n'était pas synonyme de souffrance psychique, où chacun pouvait s'y réaliser pour partie en s'appliquant à mettre en œuvre ses talents. Il peut y avoir dans ce rappel un risque d'idéalisation du passé, mais souvenons-nous que les métiers ne sont pas uniquement faits de tâches pénibles à exécuter : ils nécessitent la maîtrise et l'exercice de compétences avec un certain art ; en tous les cas avec une implication valeureuse.

Dans notre analyse, en tant que formateurs, mais aussi travailleurs, la voie idéale pour vivre un travail valorisant et excluant la souffrance psychique réside dans la qualité de vie au travail. Sa mise en œuvre est délicate et difficile, mais intéressante à plusieurs titres. Dans tous les cas, regarder la qualité de vie au travail comme un objectif dont on souhaite se rapprocher est une première étape parfaitement accessible à toute organisation professionnelle, entreprise, administration. Cela peut s'approcher de multiples façons, dans des rythmiques diverses.

Le recours à la formation tout au long de la vie

Comme il faut bien commencer, les prises de conscience, l'augmentation de compétences, l'ajustement des compétences disponibles, la modification du climat de travail collectif, l'enrichissement des méthodes d'animation des temps collectifs, la préparation et la régulation d'espaces de parole où chacun peut se sentir exister et contribuer à l'œuvre commune… Sont autant de thèmes qui peuvent se travailler dans des formations relativement brèves telles que celles que nous proposons.

Permettre à des personnes d’aller en formation ou faire se dérouler une action en interne, en plus de l'acquisition de compétences, produit un effet sur la marche d'une organisation. D'un point de vue systémique, l'apport de facteurs extérieurs, la confrontation à un regard extérieur (par exemple celui des formateurs durant le temps d'une formation ou lors d'une action en intra), le travail de réflexivité qui en résulte pour la personne formée comme pour la structure constituent de puissants facteurs d'évolution vers une plus grande qualité de vie au travail, une aide et un soutien important pour amorcer un changement favorable à la fois à l'humain et à la productivité.

Les prochaines formations proposées "en inter" par le Crefad Auvergne, dans son programme "Acteurs sociaux et citoyens", font écho aux différents constats que nous venons d'évoquer et de brosser très rapidement. Vous y trouverez des actions conçues pour faire travailler sur ce que produisent les relations humaines que chacun est amené à mettre en œuvre, que ce soit par la communication interpersonnelle ou par les comportements mobilisés en présence d'autrui. Certaines formations visent plus ou moins directement la coopération et/ou la qualité de vie au travail. D'autres sont consacrés à l'utilisation de techniques, tels que l'écoute active, ou plus généralement au développement de capacités dans le but d'améliorer l'efficacité des personnes face à des situations, pour leur propre satisfaction et dans une optique de meilleur fonctionnement collectif. D'autres encore portent sur la connaissance du fonctionnement des institutions à différentes échelles, etc.

Le secteur associatif n'est pas oublié puisque plusieurs actions lui sont particulièrement dédiées.

Prochainement, pour se former

Prochaines formations "Acteurs
Sociaux et Citoyens"

En octobre 2017

Améliorer la gouvernance et faciliter un fonctionnement dynamique de son association

(21h) - 4, 5, 6 octobre 2017

Faire face et construire l'avenir en situation de crise dans son association

(14h) - 12, 13 octobre 2017

Apprendre à pratiquer l'écoute active

(21h) - 16,17, 18 octobre 2017

Transformer les manières d'exercer le pouvoir et de décider par la coopération

(21h) - 16, 17, 18 octobre 2017

Animer des réunions efficaces

(21h) - 16, 17, 18 octobre

Développer ses capacités d'organisation personnelle et professionnelle

(14h) - 19, 20 octobre 2017

En novembre 2017

Acquérir une méthode pour penser et agir dans la complexité

(28h) - 6, 7, 8, 9 novembre 2017

Connaître, comprendre et investir les institutions nationales, européenne et internationales

(14h) - 13, 14 novembre 2017

Développer la capacité à adresser des critiques constructives et à en recevoir

(14h) - 20, 21 novembre 2017

Penser et organiser la transmission pour mieux partager et impliquer dans la vie de l'association

(21h) - 27, 28, 29 novembre 2017

Lire plus efficacement

(14h) - 4, 5 décembre 2017

Prendre des notes facilement et efficacement

(14h) - 11, 12 décembre 2017

Produire plus facilement des écrits professionnels efficaces

(14h) - 18, 19 décembre 2017

Pour avoir un aperçu complet des formations proposées, notamment celles qui sont destinées aux associations, consultez notre catalogue sous forme de livre électronique, avec votre navigateur web.

Chacune des actions ci-dessus est décrite dans une fiche détaillée, accessible depuis une page spécifique de notre site web.

D'autres applications à la formation

La
formation
-action :
agir sur
des
situations
internes,
dans
le respect
de
l'écosystème organisation/
humain

● Le Crefad Auvergne peut être sollicité en vue de proposer des interventions adaptées à la situation d'un groupe cohérent déjà structuré : équipes ou services au sein d'entreprises, d'associations ou d'administrations ; groupements et coordinations ; collectifs de citoyens mobilisés... Cela implique, en lien étroit avec l'entité bénéficiaire, d'analyser la problématique de besoin située à l'origine de la demande. Une proposition est ensuite formulée, avec des pistes susceptibles de conduire vers l'évolution recherchée par la mise en oeuvre d'une formation, en y associant les acteurs en présence. Ce type d'intervention relève de ce que nous avons coutume d'appeler "formation-action". Notre approche consiste alors souvent à enrichir les compétences présentes au sein du système considéré, mais surtout à entrainer les personnes concernées à mettre en oeuvre celles-ci.

Les domaines le plus souvent traités sont : le fonctionnement d'équipe, la mise en oeuvre du changement, la mobilisation collective pour réduire et prévenir les risques psychosociaux, les responsabilités associatives dont celles liées à la fonction d'employeur, les techniques et outils susceptibles d'améliorer les relations humaines et la coopération, la qualité de vie au travail... Tous les thèmes visés par nos formations peuvent être adaptés et parfois combinés. contact : Serge Mevrel ou Marie-Anne Lenain

Ressources utiles

Sur la QVT*,
largement
évoquée
dans cette
édition de
la lettre "infoformation"
(*qualité de vie
au travail)

Le thème de la "QVT" est largement présent sur internet. Avec un peu d'ironie, une recherche sur le Web permettrait de conclure qu'on lui accorde une place inversement proportionnelle à sa mise en oeuvre. L'intérêt pour ce thème relève d'une intention bienveillante qu'il convient de saluer. La mise en oeuvre s'avère en fin de compte complexe, vu de lintérieur d'une organisation. Par quel bout commencer? sur quels facteurs agir?

Un soutien externe est indispensable. De nombreux acteurs institutionnels existent (certains sont ont permis que le dialogue voit émmerger ce concept de QVT). On trouve également beaucoup de propositions commerciales car la prévention et le bien-être sont aussi des "marchés".

VAu passage, n'oublions pas de jeter un oeil du côté des organismes de formation issus du courant de l'éducation populaires. Certains, tels le Crefad Auvergne, et plus largement le réseau dont il fait partie, se soucient de questions sociétales avec une très grande sincérité et, d'une certaine manière, ajoutent à leur capacité d'expertise une légitimité supplémentaire que leur confère l'éducation populaire. cette dernière, comme l'éducation plus généralemet, est à la génèse de la recherche d'une plus grande qualité de vie.

 

• ANACT : Agence Nationale pour l'Amélioration des Conditions de Travail

Son site web

• Ministère du travail

Rapport sur les conditions de travail (de 2014)

 

=> dans lequel figurent une définition concrète de la QVT ainsi que des indications sur son intérêt

pages 412 à 415 (téléchargez ces deux pages)

Crefad Auvergne - 9 rue sous les Augustins - 63000 Clermont-Fd

numéro de déclaration d'activité de formation 83630020463

Tél 04 73 31 50 45 - Courriel : secretariat@crefadauvergne.org

Si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre électronique,
vous pouvez vous désinscrire en utilisant une de ces deux méthodes :

1) Envoi d'un mail préconfiguré, généré par ce lien

2) Formulaire de désinscription où il suffit d'écrire votre adresse mail